Voici le 3ème billet de la série « WE du 8 mai à Bohol »; une épopée riche et enrichissante. Si vous avez loupé les 2 premiers épisodes, vous pouvez les lire ici et .

Je me réveille vers 7h, la journée appartient à ceux qui se lêvent tôt ! Bon en même temps, je ne sais pas trop ce que j’ai prévu de faire aujourd’hui. Les filles que j’ai rencontré la veille se scindent en 2 groupes, celles qui reprennent l’avion ce jour, et celles qui restent et qui vont visiter les caves souterraines de Bohol, il y en a plusieurs sur l’île, ça doit être intéressant à voir. Cependant je vais tout de même rester sur cette plage, Alona Beach, j’ai pas eut le temps d’en profiter; la vue est superbe, c’est certain ! Ces photos et vidéos en témoignent :

Je vais donc lésarder toute la matinée sur la plage, à suivre l’ombre d’un palmier; autour de moi se succèdent philippins, chinois, russes mais aussi français; vous l’aurez compris c’est assez touristique. Cette plage fait environ 500m de long et les hôtels, restaurants, bars et autres clubs de plongée l’ont bien compris.

13h, après un bon paquet d’aller-retours serviette/mer translucide :p je me décide à aller voir du côté des club de plongée. Panglao est réputé pour ses spots et c’est vrai que c’est l’occasion ! Une première pour moi ! Mais attention, car en effet, je reprends l’avion le lendemain et il faut attendre un certain nombre d’heure pour prendre l’avion après avoir plongé, sinon … *boom*   blink.ico Bah disons que le sang se met à bouillir et tout, y en a partout bref c’est pas joli joli à voir …  vomit.ico Mon moniteur compte sur ses doigts le nombre d’heures qu’il reste jusqu’à demain 11h (date où je décollerai)… on devrait remonter vers 16-17h, ça fera donc 18h en tout, il en faut 12; donc ça devrait aller laughing.ico Le rochelais philippin devrait survivre tungue.ico S’en suivent alors une petite leçon dispensé par mon moniteur, les bases de la plongée, comment le corps réagit à la pression, les signes à faire sous l’eau… etc.

Ni une ni deux, j’enfile ma combinaison, ma ceinture de plomb, les chaussures, masque, bouteille d’oxygène et c’est parti ! On monte dans un bateau pour aller à environ 50 mètres du bord de la plage; dans ce bateau nous sommes 4, le moniteur, le conducteur du bateau, un autre plongeur qui n’en est pas à son coup d’essai, et moi of course.

Arrivé sur les lieux, on met nos masques, on s’attèle à nos bouteilles et c’est parti, assis sur le bord du bateau, dos à la mer, *plouf* et me voilà à respirer mes premières bouffées d’oxygène : top ! Nous restons 5mn à mettre en pratique les bases qui m’avaient été expliquées sur la plage : comment enlever l’eau de son masque en faisant rentrer de l’air, comment reprendre le détendeur (le tuyaux d’air) si on le lache, comment tuer un requin à mains nues… bref les bases quoi. muscu.ico

Et ensuite, direction les profondeurs ! Fin pas trop profond, mais on commence déjà à apercevoir des poissons, woaw des jolies choses viennent me flatter la rétine; des coraux et éponges se succèdent, mazette ça se densifie ! Y a de plus en plus de poissons et pas des sardines hein ! de vrais poissons multicolores comme on voit à la TV ou à l’aquarium, c’est super ! Et là ça s’est carrément densifié, y en a partout woaaou shocked.ico des petits des gros, des poissons clown, des poissons chirurgien, des trucs dont je ne connais même pas le  nom… embrasse.ico c’est  réellement à tomber ! Indescriptible, c’est le mot. Un feu d’artifice de couleurs et de formes, je vais même voir des rascasses, un baraccuda !

Je nage maintenant au dessus du vide, un tombant impressionnant, on ne voit pas le fond; un bleu profond me laisse pantois : dingue ! La plongée va durer une petite heure et ça va être un festival; très sérieusement c’est un moment inoubliable et je conseille à quiconque de faire de la plongée au moins une fois dans sa vie; c’est un moment improbable, irréel et magique à la fois, on en prend plein les yeux, on essaie d’enregistrer un maximum d’images, et quand on ressort de l’eau on a le sourire jusqu’aux oreilles. Fabuleux ! Nous revenons jusqu’à la plage à la nage, pleins d’images encore en tête, j’en reviens pas.

Il est 17h30, je vais rentrer à l’hôtel (à 3mn de là), m’allonger sur mon lit et repenser à tout ça : waow !

Le lendemain, départ à 8h en moto direction l’aéroport; finalement, mon sang ne se mettra pas à bouillir, et je n’exploserai pas en vol : ouf ! yn.ico

dscn2260